LA LOI DE LA SEMENCE ET DE LA MOISSON
Dimanche 18 décembre 2011

Un serviteur de Dieu a pu dire que c’est seulement le salut que Dieu offre gratuitement sans demander un effort de notre part. Tout le reste s’acquiert en appliquant des principes divins. La loi de la semence et de la moisson est un de ces principes divins.


A la fin du déluge, Noé fit une offrande sacrificielle à Dieu : «Noé bâtit un autel à l'Éternel ; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des holocaustes sur l'autel » (Genèse 8 :20).
Cette offrande plut à Dieu qui dit en son cœur : «… Je ne maudirai plus la terre, à cause de l'homme, parce que les pensées du cœur de l'homme sont mauvaises dès sa jeunesse ; et je ne frapperai plus tout ce qui est vivant, comme je l'ai fait. Tant que la terre subsistera, les semailles et la moisson, le froid et la chaleur, l'été et l'hiver, le jour et la nuit ne cesseront point » (Genèse 8 : 21-22).
Ainsi, le cultivateur sait qu’en mai, il doit préparer son terrain et attendre le moment favorable pour semer. Lorsqu’il sème, il prie ensuite Dieu pour que la pluie suffise. Il a l’espérance de la récolte. S’il n’a pas semé, il ne peut pas s’attendre à récolter.


Dans Ecclésiaste 11 : 4-5, Dieu nous parle de ceux qui ne sèment pas et qui s’attendent à récolter. Il parle de ceux qui passent leur à raisonner.
« Celui qui observe le vent ne sèmera point, et celui qui regarde les nuages ne moissonnera point. Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent, ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l'œuvre de Dieu qui fait tout ».
Or dans Hébreux 4 :7, Dieu dit « … Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, N'endurcissez pas vos cœurs ».
Chez nous,  lorsque le raisin est mûr, le cultivateur sait que le temps de la semence est arrivé. Il sème sans se mettre à raisonner, car dit l’Ecriture, «Celui qui observe le vent ne sèmera point, et celui qui regarde les nuages ne moissonnera point».


Ainsi donc, « Dès le matin sème ta semence, et le soir ne laisse pas reposer ta main ; car tu ne sais point ce qui réussira, ceci ou cela, ou si l'un et l'autre sont également bons » (Ecclésiaste 11 :6).
Dans l’année, il y a 365 matins et 365 soirs. Certains sèment tous les jours, toutes les semaines, d’autres tous les mois, tous les trois mois, tous les six mois ou tous les ans. L’Ecclésiaste recommande de le faire tous les matins et tous les soirs car on ne sait pas ce qui réussira.


La difficulté de la semence est qu’elle se fait toujours dans la douleur ou au prix d’un effort. En temps de famine, le cultivateur sait que, quelque soit la gravité de la situation, il ne peut pas utiliser les semences pour se nourrir, si non il ne moissonnera rien mettant en danger sa vie. Au village, on y mettait souvent des insecticides au vu et au su de tout le monde pour que personne ne s’avise de manger les semences car c’est grâce à elles qu’on récoltera en temps opportun et que toute douleur cessera. L’Ecriture dit à ce propos : « Ceux qui sèment avec larmes Moissonneront avec chants d'allégresse. Celui qui marche en pleurant, quand il porte la semence, Revient avec allégresse, quand il porte ses gerbes » (Psaume 126 : 5-6).


On ne sème pas parce qu’on en a assez. Le temps des semences est le temps des pleurs. Mais quelques mois après, c’est le temps de l’allégresse. Lorsque Paul disaient aux chrétiens de Corinthe de donner avec joie, ils s’adressaient à des chrétiens bébés spirituels pour qui il était probablement difficile de se sacrifier compte tenu de leur maturité spirituelle à ce moment.
D’ailleurs, s’adressant aux galates, il disait « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi » (Galates 6 :7). Si tu sèmes du maïs, tu récolteras à coup sûr du maïs. Si tu sème le bien, il n’y a aucun doute que tu récolteras le bien. Si tu ne sèmes pas, ne t’attend pas à récolter. Si tu sèmes peu, tu récolteras peu.


Aux corinthiens Paul donne un enseignement pour les encourager à donner beaucoup : « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l'a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre, selon qu'il est écrit : Il a fait des largesses, il a donné aux indigents ; Sa justice subsiste à jamais. Celui qui Fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces. Car le secours de cette assistance non seulement pourvoit aux besoins des saints, mais il est encore une source abondante de nombreuses actions de grâces envers Dieu ».


Il y aura toujours une différence entre ceux qui sèment beaucoup et ceux qui sèment peu. La pauvre veuve au temple avait donné beaucoup tandis que les autres avaient donné de leurs superflus. Mon père aimait nous dire nous au moment des semailles de semer bien au-delà de ce que nous pouvons cultiver. Il nous incitait à semer abondamment.


Il faut aussi savoir que semer implique de mourir pour pouvoir porter plus tard du fruit en abondance. En effet, il faut tuer ta mentalité pour pouvoir semer. Les gens ne te comprendront pas et te prendront pour un insensé lorsque tu voudras semer comme Dieu le veut. Il faut leur résister. Il faudra également tuer ton incrédulité, tes doutes, tes raisonnements, et parfois tes économies. Jésus dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jean 12 :24).
En examinant la vie de beaucoup d’hommes, vous vous rendrez compte que les bénédictions matérielles qu’ils ont viennent du fait que ce sont des personnes qui sèment.


Il y a de nombreuses opportunités qui s’offrent à nous pour semer. Vous pouvez décider par exemple de prendre entièrement en charge, seul ou à plusieurs le mariage d’une personne qui n’a pas les moyens pour le faire. Il ne faut pas attendre qu’il vous le demande. Vous pouvez également décider de construire une maison pour quelqu’un dans le besoin ou lui acheter une moto ou une voiture. Construire une église seul ou contribuer à sa construction  est aussi une façon de semer. Vous pouvez semer également durant les fêtes dans la vie des veuves et des orphelins.


Que voulez-vous récolter ? Semez ce que vous voulez récolter : connaissance de Dieu, prières pour les malades, onction, ministère du Christ, études, maisons, voitures, habits, conseils, cadeaux de mariage, consolation, respect, etc. Semez cela dans la vie des autres.
Soyez-bénis !

 


Prophète Emanuel SAWADOGO
CIMIDI