PORTEZ-VOUS L’HABIT DE NOCE ?
Dimanche 29 janvier 2012

Mathieu 22 : 1-14
Jésus, prenant la parole, leur parla de nouveau en parabole, et il dit :   le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils.  Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces ; mais ils ne voulurent pas venir. Il envoya encore d'autres serviteurs, en disant : dites aux conviés : voici, j'ai préparé mon festin ; mes bœufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces. Mais, sans s'inquiéter de l'invitation, ils s'en allèrent, celui-ci à son champ, celui-là à son trafic ; et les autres se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent.  Le roi fut irrité ; il envoya ses troupes, fit périr ces meurtriers, et brûla leur ville.  Alors il dit à ses serviteurs : les noces sont prêtes ; mais les conviés n'en étaient pas dignes. Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez. Ces serviteurs allèrent dans les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives. Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'avait pas revêtu un habit de noces. Il lui dit : mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces? Cet homme eut la bouche fermée. Alors le roi dit aux serviteurs : liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.  Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus.


Dans cette parabole, le roi représente Dieu. Le marié représente Jésus. Le premier groupe d’invités et le deuxième groupe d’invités sont les juifs, les descendants des douze tribus d’Israël. Le troisième groupe d’invités représente l’autre partie de l’humanité, tous les non-juifs. Quel est le sens de cette parabole ?
Elle nous explique que Jésus est venu d’abord pour sauver les juifs. L’histoire de le femme cananéenne nous le confirme : «Et voici, une femme cananéenne, qui venait de ces contrées, lui cria : Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon. Il ne lui répondit pas un mot, et ses disciples s'approchèrent, et lui dirent avec insistance : Renvoie-la, car elle crie derrière nous. Il répondit : Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la maison d'Israël» (Mathieu 15 : 22-24).  


Malheureusement, ceux pour qui Jésus est venu ne l’ont pas reçu et accepté. Jusqu’à ce jour, la plupart de ces personnes attendent toujours la venue du Messie. Jésus pleura d’ailleurs sur Jérusalem dans Luc 19 : 41-44 et prophétisa sur sa destruction du fait de son refus : « Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, t'enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas connu le temps où tu as été visitée ».

Nous qui sommes des non-juifs, donc le troisième groupe d’invités, nous sommes entrés dans la salle des noces parce qu’on nous a ramassé dans les carrefours et sur les places publiques du fait que les deux premiers groupes d’invités ont refusé de répondre à l’invitation du roi pour un repas de noces qui avait été préparé spécialement pour eux. Ramassés donc sur les bords des chemins, nous sommes tous logés à la même enseigne et sommes tous égaux dans l’église du Christ, quel que soit notre statut ou position devant les hommes (pauvres, riches, agents de bureau, directeur général, ministre, président, pasteurs, prophètes, enfants, adultes, etc.). Cependant, ce ne seront pas tous ceux qui ont été ramassés qui iront au paradis. Il faut porter un habit de noce pour entrer et rester dans la salle des noces. L’habit de noce représente la repentance, l’acceptation du salut par la grâce, l’intégrité, la vérité, la sincérité, l’humilité. En effet, ramassé sur le terrain, tu dois d’abord te dépouiller de tes vieux habits (orgueil, méchanceté, haine, impudicité, malhonnêteté, etc.) et revêtir la nature du Christ (amour, intégrité, vérité, etc.).


Dieu ne te demande pas d’acheter l’habit de noce. C’est Dieu lui-même qui te l’offre à la porte avant que tu n’entre dans la salle. Cependant, il ne te force pas à l’accepter mais te montre l’habit de noce que tu peux prendre ou refuser à cause de la liberté qu’il t’a donnée. T’es-tu dépouillé de ta vielle nature pour prendre la nature du Christ ? T’es-tu repenti du vol, de l’adultère, de l’orgueil, de la fornication, de la  colère, des jugements, de la haine, etc. ?


Jésus dit qu’il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus. Les élus sont ceux qui se sont réellement repentis pour épouser la nature du Christ. Epouser la nature du Christ est un processus qui prend du temps. Tu dois continuellement t’examiner pour savoir où tu en es et être attentif aux révélations que Dieu te fait et qui te montrent ta situation d’évolution. A ce propos, Dieu me révélait dans mon sommeil, il y a de cela plusieurs années que ma bouche était devenu noire à un moment donné. Concomitamment, je n’arrivais plus à prier pour que les gens soient remplis du Saint Esprit. L’explication de cette situation était que j’avais l’habitude de dire aux personnes qui venaient solliciter des prières pour être remplies de l’Esprit Saint les pas paroles suivantes : « il n’y a pas de problème ». Ce qui faisait de moi un orgueilleux qui ne considérait pas le grand prix que Jésus avait payé sur la croix pour que je sois sauvé et puisse prier et que des gens reçoivent le Saint Esprit. C’est ce qui expliquait que j’avais une bouche noire, signifiant que de ma bouche, sortaient de sales paroles.


Tu dois encore te dépouiller ! C’est ta vie exemplaire qui amènera tes parents, tes amis et tes voisins à se convertir pour venir à Christ. Il faut que ce que tu prêche soit ce que tu vis ! Si non, nous serons étonnés de la réponse de Jésus au trône du jugement : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur, n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom, n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc » (Mathieu 7 : 21-24).

Pour ne pas se retrouver dans cette situation, il y a un prix à payer et Paul nous le rappelle dans 1 Corinthiens 9 : 24-27 : « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix ? Courez de manière à le remporter. Tous ceux qui combattent s'imposent toute espèce d'abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible ; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Moi donc, je cours, non pas comme à l'aventure ; je frappe, non pas comme battant l'air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres».
Rappelle-toi donc que le jour du trie viendras. Fais en sorte de porter l’habit de noce pour ne pas être jeté dehors.


Soyez bénis !
Emmanuel SAWADOGO