11La prière qui conduit à l’accomplissement des promesses de Dieu


Tout commence par une prise de conscience.


I.    LA PRISE DE CONSCIENCE


Prendre conscience que l’ennemie est assis sur notre héritage


Jésus Christ a sauvé notre esprit mais le monde entier est sous la puissance du malin : 1Jean 5 : 19 « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier est sous la puissance du malin ». Nos corps, nos âmes et nos héritages sont sous la puissance du malin. Le sol dans lequel notre placenta a été enterré est souillé par le sang de diverses victimes offertes en sacrifice à des idoles. Il nous faut prendre conscience de cette première situation.
Dans le livre du Deutéronome, Dieu révèle que ton héritage est détenu par des hommes forts. Ils ont entouré ton héritage d’un grand mur. A l’intérieur de ce mur on devine aisément qu’ils mangent et boivent tranquillement ton héritage. Deutéronome 9 :1-3 : « Écoute, Israël ! Tu vas aujourd'hui passer le Jourdain, pour te rendre maître de nations plus grandes et plus puissantes que toi, de villes grandes et fortifiées jusqu'au ciel,   d'un peuple grand et de haute taille, les enfants d'Anak, que tu connais, et dont tu as entendu dire : Qui pourra tenir contre les enfants d'Anak ?Sache aujourd'hui que l'Éternel, ton Dieu, marchera lui-même devant toi comme un feu dévorant, c'est lui qui les détruira, qui les humiliera devant toi ; et tu les chasseras, tu les feras périr promptement, comme l'Éternel te l'a dit ».


Devant de tels obstacles, les gens s’éclipsent généralement. Dans les enseignements de la parole, on évite de parler des ces choses. Mais Dieu t’ordonne (te dit) d’affronter ces géants qui entourent ton héritage. Lui-même va marcher devant toi afin que tu puisses rentrer dans ton héritage. Pour chasser les esprits qui sont assis sur ton héritage, Dieu peut se manifester d’une manière ou d’une autre. Dans le passage que nous venons de citer (Dt 9 :1-3), il se manifeste sous sa forme « l’Eternel », c'est-à-dire sous son aspect de feu dévorant tout sur son passage.


Prendre conscience de la présence de Dieu avec nous dans le combat


Deutéronome 20 : 1-4 « Lorsque tu iras à la guerre contre tes ennemis, et que tu verras des chevaux et des chars, et un peuple plus nombreux que toi, tu ne les craindras point ; car l'Éternel, ton Dieu, qui t'a fait monter du pays d'Égypte, est avec toi. A l'approche du combat, le sacrificateur s'avancera et parlera au peuple. Il leur dira : Écoute, Israël ! Vous allez aujourd'hui livrer bataille à vos ennemis. Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux. Car l'Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver ».

Comme dit, le nom Eternel indique que Dieu vient sous son aspect de feu ou de vengeance. Lorsque les sorciers et les ennemis de toutes sortes sont nombreux autour de toi, lorsque tu es attaqué de toute part, au service, par ta famille, dans ton voisinage,

Dieu te dit :  


-    que votre cœur ne se trouble point
-    soyez sans crainte
-     ne vous effrayez pas,
-    ne vous épouvantez pas devant eux.

Dieu sait que notre véritable ennemi c’est la peur. C’est ce qui nous bloque et nous empêche d’enclencher le combat décisif. C’est pour cette raison que Dieu insiste sur cet aspect et répète jusqu’à quatre fois de ne pas avoir peur parce qu’il nous assure de la victoire.

Au verset 16 et 147  de Deutéronome 20, Dieu nous instruit ferment ceci  « Mais dans les villes de ces peuples dont l'Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l'Éternel, ton Dieu, te l'a ordonné ».

Dans le combat spirituel, il n’y a ni sentiment, ni pitié. L’ennemi doit être combattu sans trêve jusqu’à ce qu’il périsse. En d’autres termes, tant que vous n’avez pas posé le pied sur la dépouille de votre ennemi et repris en notre possession votre héritage, le combat n’est pas achevé.

Nombres 33 : 50-52 « L'Éternel parla à Moïse dans les plaines de Moab, près du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho. Il dit : Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur : Lorsque vous aurez passé le Jourdain et que vous serez entrés dans le pays de Canaan,  vous chasserez devant vous tous les habitants du pays, vous détruirez toutes leurs idoles de pierre, vous détruirez toutes leurs images de fonte, et vous détruirez tous leurs hauts lieux ».

Le message central de ce passage est que, en plus de l’ennemi, tout ce qui lui appartient doit être détruit. Rien ne doit subsister. Quand le peuple sortait d’Egypte, il a détruit les dieux égyptiens. Il ordonne à Israël de faire la même chose lors de son entrée à Canaan. Si Israël n’obéit à cet ordre, les rescapés seront comme des épines pour le peuple : verset 55 « Mais si vous ne chassez pas devant vous les habitants du pays, ceux d'entre eux que vous laisserez seront comme des épines dans vos yeux et des aiguillons dans vos côtés, ils seront vos ennemis dans le pays où vous allez vous établir ».

La principale préoccupation de Dieu demeure l’urgence à entamer le combat spirituel. Il nous demande jusque à quand nous allons continuer à dormir, à être négligeant pour les veillées, les jeûnes et les prières afin de rentrer en, possession de notre héritage ? Dans Josué 18 : 1-3 il est dit « Toute l'assemblée des enfants d'Israël se réunit à Silo, et ils y placèrent la tente d'assignation. Le pays était soumis devant eux. Il restait sept tribus des enfants d'Israël qui n'avaient pas encore reçu leur héritage. Josué dit aux enfants d'Israël : Jusques à quand négligerez-vous de prendre possession du pays que l'Éternel, le Dieu de vos pères, vous a donné ? ».   


Parmi les douze tribus d’Israël, sept tribus négligeant n’étaient pas encore entré en possession de leur héritage. Au nombre de ces tribus, il y avait celle de Dan. Les amoréens étaient assis sur les richesses de la tribu de Dan. Cette tribu attaqua les amoréen pour entrer en possession de l’héritage que l’Eternel leur avait donné. Malheureusement, ils le fire dans la négligence et ce qui devait arriver, arriva. Il est dit dans Juges 1 : 34 « Les Amoréens repoussèrent dans la montagne les fils de Dan, et ne les laissèrent pas descendre dans la plaine ». Ainsi, nos biens et nos bénédictions sont toujours dans la main de Satan à cause de notre négligence.


Après cet échec devant les amoréens Dan résolut de se mettre au sérieux et d’engager un vrai combat en s’appuyant sur Dieu et en y mettant toute son intelligence et sa force. Le livre des Juges nous en donne le récit au chapitre 18 : 2 – 29 :
« Les fils de Dan prirent sur eux tous, parmi leurs familles, cinq hommes vaillants, qu'ils envoyèrent de Tsorea et d'Eschthaol, pour explorer le pays et pour l'examiner. Ils leur dirent : Allez, examinez le pays. Ils arrivèrent dans la montagne d'Éphraïm jusqu'à la maison de Mica, et ils y passèrent la nuit.   Comme ils étaient près de la maison de Mica, ils reconnurent la voix du jeune Lévite, s'approchèrent et lui dirent : Qui t'a amené ici ? que fais-tu dans ce lieu ? et qu'as-tu ici ? Il leur répondit : Mica fait pour moi telle et telle chose, il me donne un salaire, et je lui sers de prêtre.  Ils lui dirent : Consulte Dieu, afin que nous sachions si notre voyage aura du succès.  Et le prêtre leur répondit : Allez en paix ; le voyage que vous faites est sous le regard de l'Éternel. Les cinq hommes partirent, et ils arrivèrent à Laïs. Ils virent le peuple qui y était vivant en sécurité à la manière des Sidoniens, tranquille et sans inquiétude ; il n'y avait dans le pays personne qui leur fît le moindre outrage en dominant sur eux ; ils étaient éloignés des Sidoniens, et ils n'avaient pas de liaison avec d'autres hommes. Ils revinrent auprès de leurs frères à Tsorea et Eschthaol, et leurs frères leur dirent : Quelle nouvelle apportez-vous ?   Allons ! répondirent-ils, montons contre eux ; car nous avons vu le pays, et voici, il est très bon. Quoi ! vous restez sans rien dire ! Ne soyez point paresseux à vous mettre en marche pour aller prendre possession de ce pays. Quand vous y entrerez, vous arriverez vers un peuple en sécurité. Le pays est vaste, et Dieu l'a livré entre vos mains ; c'est un lieu où rien ne manque de tout ce qui est sur la terre……. Et les fils de Dan continuèrent leur route. Mica, voyant qu'ils étaient plus forts que lui, s'en retourna et revint dans sa maison. Ils enlevèrent ainsi ce qu'avait fait Mica et emmenèrent le prêtre qui était à son service, et ils tombèrent sur Laïs, sur un peuple tranquille et en sécurité ; ils le passèrent au fil de l'épée, et ils brûlèrent la ville.  Personne ne la délivra, car elle était éloignée de Sidon, et ses habitants n'avaient pas de liaison avec d'autres hommes : elle était dans la vallée qui s'étend vers Beth Rehob. Les fils de Dan rebâtirent la ville, et y habitèrent ;  ils l'appelèrent Dan, d'après le nom de Dan, leur père, qui était né à Israël ; mais la ville s'appelait auparavant Laïs.  Six cents hommes de la famille de Dan partirent de Tsorea et d'Eschthaol, munis de leurs armes de guerre ».


A toi aussi, Dieu te demande une prise de conscience sur la situation de ton héritage et sur ce qu’il convient de faire pour l’acquérir. Comme il l’a assuré à Dan, ton combat spirituel est sous le regard de Dieu. Si Dieu te révèle ce que les démons font avec ton héritage tu en serais révolté. Dans cet héritage, il ne manque rien de ce qui est sur la terre: santé, succès, prospérité, biens matériels, relations sociales bénies, etc. Mais comme à Laïs, ce sont les démons qui en disposent. Ils vivent tranquillement sur ton héritage, et en sécurité, mangeant et buvant ce qui t’appartient. Personne ne les dérange. Aucune de tes prières ne les fait trembler parce qu’ils ne sentent aucun dangers avec un combattant négligeant.  Alors, Dieu te dis de te lever, d’affronter tes ennemis, de les passer au fil de l’épée et de brûler ce qui est à eux et de prendre ton héritage. Ce combat est sous le regard de Dieu et il t’assure de la victoire : Deutéronome 20 : 3-4 « Il leur dira : Écoute, Israël ! Vous allez aujourd'hui livrer bataille à vos ennemis. Que votre cœur ne se trouble point ; soyez sans crainte, ne vous effrayez pas, ne vous épouvantez pas devant eux. Car l'Éternel, votre Dieu, marche avec vous, pour combattre vos ennemis, pour vous sauver ».

II.    LE CHANGEMENT DE MENTALITE


Après la prise de conscience acquise par la révélation de ton héritage entre les mains de tes ennemis et l’assurance de la victoire, il te faut un changement de mentalité. Le changement de mentalité consiste à dire : ça suffit ! Il faut que ça change ! Ton homme intérieur doit se révolter. Dieu ne t’a pas destiné à la misère et à l’échec. Puet-on imaginer un temps soit peu l’enfant d’un roi dans la misère ? Sois transformé : Romains 12 : 2 « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait ».


Dieu veut que tu sois prospère. Tu ne dois plus te voir pauvre. Prophétise la vision que Dieu a pour toi.

III.     PROPHETISER


Lorsque Dieu nous donne la vision, nous devons le proclamer devant les gens ; en somme, nous devons prophétiser la vision que nous     avons tel l’exemple de ce pasteur qui à chaque culte proclamait devant l’assemblée que son église compterait bientôt 10 mille membres alors qu’elle ne contenait que quelques dizaines de membre. Aujourd’hui la vision qu’il prophétisait et le rendait ridicules aux yeux de ses fidèles est devenue une réalité.  Abram et Saraï étaient stériles. Mais ils ont prophétisé sur eux-mêmes en changeant de nom. Ils sont devenus Abraham et Sara, c'est-à-dire « père d’une multitude » et « Princesse ». Ce que Dieu promet, il faut le proclamer.


IV.     ETRE CONSCIENT DE LA PRESENCE DE DIEU


Il faut être conscient de la présence de Dieu.


1 corinthiens 3 :9 « Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu ». Dieu accomplit ses promesses en accord avec toi. Sans ton accord Dieu ne peut rien faire.
Jean 10 : 10 « Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance ».


Dieu a un plan pour ta vie. Le diable aussi en a un pour ta vie. Il dispose aussi d’une armée céleste et d’une armée terrestre. Quel plan vas-tu laisser s’accomplir dans ta vie ?


V.    LES CAS PRATIQUES

-    Exode 17 : 8 -13 : Le combat contre Abimelek


« Amalek vint combattre Israël à Rephidim. Alors Moïse dit à Josué : Choisis-nous des hommes, sors, et combats Amalek ; demain je me tiendrai sur le sommet de la colline, la verge de Dieu dans ma main. Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline. Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort ; et lorsqu'il baissait sa main, Amalek était le plus fort. Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu'ils placèrent sous lui, et il s'assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l'un d'un côté, l'autre de l'autre ; et ses mains restèrent fermes jusqu'au coucher du soleil. Et Josué vainquit Amalek et son peuple, au tranchant de l'épée.
Deux volontés s’opposent : la volonté de Dieu et la volonté du diable. Alors quelle volonté doit s’accomplir? Cela dépendait de Moïse et de son équipe (Ur, Aaron, Josué). Lorsque Moise baisse les bras, Abimelek était le plus fort. Lorsqu’il les élevait, Israël était le plus fort. A un moment donné, Aaron et Hur entre en action pour soutenir Moïse et tenir ses bras élevés. Trous les trois sont en communion pour soutenir le combat de Josué sur le champ de bataille. Quelle volonté doit s’accomplir dans ta vie ? Cela dépend de toi. Par le jeûne et la prière, Dieu envoie des anges pour t’aider.


-    Esther et son peuple : leur combat spirituel a renversé la situation. Voués à une mort certaine du fait d’un décret royal,

Ceux-ci décident de jeûner pour annuler la décision du roi de faire périr Esther et son peuple. Ils obtinrent gain de cause.
-

    Siméon : Siméon avait la connaissance sur les promesses de Dieu concernant Israël. Il a attendu dans la foi et l’espérance et la promesse s’est accomplie : Luc 2 : 25-32 : « Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. il avait été divinement averti par le Saint Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au temple, poussé par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu'ordonnait la loi, il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit : Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S'en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, Salut que tu as préparé devant tous les peuples, Lumière pour éclairer les nations, Et gloire d'Israël, ton peuple.

Il te faut également connaître la volonté de Dieu dans ta vie ; attendre dans la prière et le jeûne ; être à l’écoute du Saint Esprit dans le combat livré. C’est poussé par le Saint Esprit que Siméon s’est rendu au temple pour rencontrer Jésus et ses parents, saisissant ainsi la promesse. Ecouter le Saint Esprit nous évite de perdre des opportunités.

-    Daniel, en consultant les écritures a su que la fin de la captivité d’Israël devait se faire au bout de 70 ans.


Conclusion


Dans le combat spirituel, c’est lorsque vous êtes arrêté sur la tombe de l’ennemi que le combat prend fin. A moins d’être un sorcier, on ne peut entrer à Canaan sans combattre. Il n’y a pas lieu de se laisser distraire par certains serviteurs de Dieu dont les ancêtres on déjà mené le combat, il y a quelques siècles. Le combat spirituel que nous menons actuellement en Afrique pour notre entrée à Canaan au profit de la génération présente et de celles à venir a déjà été fait pour les occidentaux. C’est pour cela que ceux-ci peuvent tranquillement dire, qu’il n’est pas nécessaire de combattre pour entrer à Canaan, étant maintenant sous la grâce. Ils oublient les sacrifices et les combats spirituels que leurs ancêtres ont fait il y a quelques siècle pour qu’aujourd’hui eux en bénéficie. En Afrique, c’es maintenant que nous menons ce combat pour nous-mêmes et pour nos descendants.